Notes d’excursion : quatre jours de listes et de poèmes

1

Aujourd’hui, je démarre une petite excursion dans le coin de Bordeaux jusqu’à dimanche.
J’ai un entretien à 14h.
Je ne suis jamais partie très loin, ni très longtemps. Partir seule, quatre jours à Bordeaux, c’est pour moi, mine de rien, une petite aventure.
J’ai marché au delà de mes frontières avec mes Santiags. Grâce à mon amoureux, mon cerveau à appris à chanter des chansons plutôt qu’à rencontrer des pensées qui s’agrippent.
Le soir, dans mon lit, je disais J’ai la trouille. J’ai la trouille. Et je sentais que ça figeait mon corps comme les statues dans les musées.
Je ne sais pas si les statues ont la trouille, mais je leur conseillerai juste d’essayer. C’est en essayant qu’on sait.

2

Nuit insomnie, j’ai regardé la ville vivre de ma fenêtre hublot. Le matin, je trouve du café, avec peine. Au risque d’en froisser quelques uns, je n’aime pas Bordeaux. C’est gris, moche et bruyant.

J’ai un secret par téléphone. Plus je le garde pour moi et plus ça devient secret. Maintenant le dire deviendra forcément synonyme de révéler. Alors que si je l’avais dit à tout le monde dès le départ, il n’en serait rien. Je le dis à mon ours et je fais la sieste.

3

J’écris des poèmes au petit-déjeuner. Quand je les relirai dans mon cahier, ils auront toujours un peu l’odeur du chocolat chaud très dilué de la machine à café.

Parfois je fais le pitre, je commence à bien savoir faire. Je trouve des chansons avec des couleurs dedans, comme la vie en rose, le paradis blanc ou les yeux révolver. Ca plaît beaucoup quand c’est juste ce qu’il faut. Je me fais des amis. Je me sens souvent à l’aise au milieu de personnes plus âgées que moi. La plupart des artistes gardent en eux l’abandon et le besoin d’être aimés et choyés dans une maison douillette comme un petit nid. J’ai souvent besoin qu’on fasse attention à moi, qu’on me rappelle que j’existe suffisamment fort et suffisamment vrai. Mais on ne me ramasse plus dans le creux de grandes mains comme quand j’était toute petite. Maintenant on me regarde danser, lancer des confettis et célébrer chaque évènement. Certains, parfois, dansent avec moi.

4

Maintenant je rentre à la maison. Je vais faire attention, en chemin, à ne semer aucun caillou. Pour me souvenir de tout.

C’est la fin d’une petite aventure, et le début d’une autre … plus grande !
Je vous révèle mon secret. Vendredi, le lendemain de l’entretien, on m’a rappelée. J’ai trouvé un travail qui va beaucoup m’amuser.

Image Pixabay

Dépenses :

Le bonheur ça se compte pas en lingots, mais en petite monnaie.

  • Chocolat Autoroute 2€
  • Les bruits du parking 10€
  • Sushis pour réviser 10,60€
  • Pizza du soir, bonsoir 23,78€
  • Insomnie, gratuite
  • Pancakes au miel effet décompression 3€
  • Working dej du bloggeur concentré 12€
  • Formation sur l’estime de soi et un petit lit blanc 60€

Livres lus et feuilletés pendant mon excursion :

  • Le cahier qu’il vous faut pour réussit vos photos, Henry Carroll
  • Philosophie de la fiction, vers une approche pragmatique du roman, Marion Renault, Pur éditions
  • Les inrockuptibles, numéro 7, février 2022
  • Augmenter le trafic de son blog, Florence Trans, éditions Eyrolles
  • Catalogue 2021, Presses universitaires de Rennes, Pur éditions

Musiques entendues au hasard des stations et des lieux :

  • Highway to hell, AC/DC
  • Come as you are, Nirvana
  • Satan, Andy Shauf
  • Marche à l’ombre, Renaud
  • La meute, Sahara Pop
  • Bye bye, Tibz
  • The Greatest – Cat Power

Vidéos consultées pendant l’excursion :

Image Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.