Journal artistique de Louve #3 Les choses en ordre

Image Pixabay

Entre la fugitive et la paisible reine.
J’ai des souvenirs diffus. Et j’ai le ventre en paix.

Ranger c’est éphémère, presque une réparation qui soulage quelques temps.

J’ai le jazz à l’envers, les kaléïdoscopes qui filent au fond des yeux. Tant à donner, à penser et à perdre. Je découvre un peu comment trouver la norme sans la lassitude.

Je détache de mon corps les fragments de peurs mortes qui me collent aux paupières, à la bouche, et le long de mes jambes.
Je n’ai plus l’envie sourde de retourner la terre, plutôt celle de de remercier les oiseaux qui chantent sur chacune de mes mains. Avant de s’envoler.

Demain tous les espoirs seront perdus peut-être. Mon reflet basculera tout au fond du miroir. J’aurais beau le pencher, il n’en sortira rien. Ce sera de nouveau remonter ses manches, prendre un train qui m’enverra un peu partout par morceaux. Récolter quelques trésors à mettre avec le reste, avant de revenir ailleurs.
Tout sortir de la boîte et tout recommencer, autrement.

En attendant, je referme le couvercle. Chaque fleur a son temps. Chaque jour a sa voix. Dans le couloir, je les entends avec les pas vifs de mes chats qui s’amusent. Je prends le temps de trouver le goût des choses en ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.