La naissance de Rouge

C’est en 2018, dans mon ancienne maison que je commence les croquis de Rouge. Souvent le soir, quand il fait nuit, dans la campagne silencieuse. Je crayonne sur la toile le personnage et remplis son vêtement de rouge. C’est tout. Le tableau commencé m’accompagnera ensuite dans mes déménagements successifs. Souvent exposé, il me renverra mon image d’inachevé durant ces quelques mois.

C’est en 2020 pendant le confinement que j’entreprends de le poursuive. Je m’attaque au fond avec ce que j’ai pu récupérer de mon atelier avant d’être cloitrée chez moi : journaux, papiers à motifs, toujours mon acrylique noire brillante. Je m’installe sur la table de la salle à manger, on dînera sur le canapé du salon. J’improvise un pochoir de sapin avec une carte plastifiée récupérée de la poubelle jaune qui se remplit trop vite.

Au mois de juin, de retour à l’atelier, je termine le travail en deux jours. Rouge se teinte de quelques couleurs fades et le fond se fait badigeonner d’une couche fine de gouache qui le grise de terne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.