Le shooting des Violets

Enfermement. Avril 2020.

Un objet quelconque vole violemment au dessus d’un écran qui parle. Je suis en colère. Et le couvercle d’une lourde malle se referme sur ma tête en m’enferme à l’intérieur. Je suis toujours en colère, mais contenue par la force des choses.
Les choses ont parfois une force insoupçonnable.

Ce n’est pas toi qui décide.

Parfois, me disait ma mère, il n’y a pas de bonne solution. Il n’y a que le moindre mal, le ça pourrait être pire.

Et quand on se fait croire qu’on a de la chance quand même, il peut arriver que l’on se noie dedans.

Cette image de la chance dans les bouches de personnes qui décident pour nous ce qu’il nous appartient de choisir, nous conduit à oublier ce qui pourrait être autrement. Parce que les choses sont comme ça, fonctionnent comme ça.

Ce qui semble incroyable, dit le Violet en fixant ses grands yeux noirs et blancs sur la réalité du monde, c’est que les choses sont comme nous voulons les voir, et les choses fonctionnent parce que nous les faisons fonctionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.